Dans la mouvance des jeunes Prêtres Oblats Américains, encouragés à venir répandre la semence de la bonne parole de l'Évangile en HAÏTI dans les années 50, et après l'arrivée du jeune et fougueux Évêque, Monseigneur Jean-Louis COLIGNON, lui-même Américain d'adoption, mais Belge d'origine, la Ville des Cayes a eu le privilège d’accueillir les oeuvres charitables et bénéfiques du Révérend Père Roland Lussier, OBLAT DE MARIE IMMACULÉE.

 

Dans la mouvance des jeunes Prêtres Oblats Américains, encouragés à venir répandre la semence de la bonne parole de l'Évangile en HAÏTI dans les années 50, et après l'arrivée du jeune et fougueux Évêque, Monseigneur Jean-Louis COLIGNON, lui-même Américain d'adoption, mais Belge d'origine, la Ville des Cayes a eu le privilège d’accueillir les oeuvres charitables et bénéfiques du Révérend Père Roland Lussier, OBLAT DE MARIE IMMACULÉE.

Celui-ci, après un séjour plus ou moins prolongé sur la Zone Côtière, à Port-à-Piment plus précisément où il construisit l’Église de cette ville en 1956, véritable chef-d'oeuvre artistique, malheureusement endommagé sérieusement par le tremblement de terre du 14 Août 2021, s'est vu transféré aux Cayes vers 1960, en l’Église du SACRÉ-COEUR.

 

Sitôt arrivé et enthousiaste, il s'est mis au travail avec la même fougue et la même ardeur, en commençant par créer des activités de jeunesse comme la chorale des GAIS LURONS, devenue avec le temps une légende, et qui, jusqu'à présent demeure une référence pour la Ville et même pour le Département. La catéchèse fut revigorée. Plusieurs jeunes, filles et garçons y ont adhéré avec pour mission d'apprendre le catéchisme aux adolescents en servitude ou domesticité afin de les préparer pour leur Première Communion…. Cette messe solennelle grandiose où ils vont fièrement, un dimanche, s'approcher de la Sainte Table et recevoir Jésus-Hostie pour la première fois. Un Comité liturgique fut créé où à chaque vendredi après-midi, un groupe d'une dizaine de participants environ se réunissaient pour préparer la liturgie du dimanche. Des jeunes accompagnaient le curé ou le vicaire, chacun dans une chapelle, dimanche matin à Barthes, à Misaine, à Morency, à Laurent…

Le Club des GAIS LURONS fut ainsi créé où tous les membres de la chorale se réunissaient le vendredi 

soir, vers 6h30 pour s’adonner à la littérature, la poésie, la musique, au théâtre et aux danses. On a eu accès à toutes les sortes de chorégraphies traditionnelles, sociales et classiques : folklore, contredanse, tango, salsa, méringue, compas, valse, boléro… et pléthore d’expressions plastiques. Des sketches sont produits à partir d'un récit biblique où spontanément produits par des jeunes qui faisaient leurs premières armes soit en rédigeant un texte, soit en se révélant avec aplomb sur la scène. Ce fut donc des occasions rêvées et bénies entre autres pour la formation culturelle et sociale complète de votre dévoué narrateur.

Comment oublier les sketches de FILOGÈNE ? Comment oublier Bertin Dorélus ? Nicole Antoine ? Françoise Métélus ? Marguerite et Marie Lourdes Delva ? Gilberte Léo ? Les Morpeaux, Marie Yves et Jean-Marie ? Lyonel Barthélémy (Tizon) ? Pauline Martinot ? Comment oublier un Gontran Constant (Chef Gontran) un Claude Olivier (pwofesè Klod), Comment oublier les Lhérisson : Pierre Saurel, une voix d'or et imposante pour commenter les messes du dimanche soir; Marthe Solange(dcd malheureusement), Maryse, Rose Lucie( Rosie) et les deux autres petites sœurs. C'est toute la famille qui était au service de l'Église du Sacré Coeur avec le curé Roland Lussier. Leur Père, dont le prénom m'est  échappé, faisait partie de l'équipe des ligueurs, ces dévoués hommes qui assuraient l'ordre et la discipline dans l'église au cours des cérémonies.

Tout ce beau monde talentueux et compétent participait aux différentes activités. La chorale LES JUNIORS voyait le jour quelques années plus tard, après LES GAIS LURONS.

Le plus grand élan qu'a connu La Croix-Rouge Haïtienne aux Cayes, date de ce temps-là. Le Père Lussier accueillit l'idée de ce projet initié par Clausel Sicard qui en fut le Président à cette époque secondé par René Guichon. Il le chapeautait et le logeait dans notre salle paroissiale où les réunions avaient lieu le samedi soir. Des exercices pratiques après les cours théoriques s’effectuaient en plein air, parfois sur le quai (wharf) ou bien sur la Place d'Armes, des fois à Bergeaud et même jusqu’à Laurent. Ce qui motivait surtout le Père Lussier, c'était la création d’activités qui attireraient et maintiendraient occupés les jeunes. Éloignant l’oisiveté, Il voulait que ces jeunes soient constamment affairés, accomplis et équilibrés. Qu'ils n'aient pas le temps de se laisser corrompre ou tenter par leurs mauvais penchants pour les sirènes pernicieuses.

La Radiodiffusion Cayenne, fut créée le 19 juillet 1973 par Marcel Mathieu, employé cadre de l'ÉLECTRICITÉ D'HAÏTI, venu travailler aux Cayes pour le compte de cette compagnie, attira son attention. S’y étant intéressé, il y contribua en apportant de l'eau au moulin. Certains grands offices religieux furent retransmis en direct sur les ondes de cette station de radio efficace devenue achalandée, très écoutée par la population du Département du Sud. Avec ce médium de communication, on a pu donner un cachet spécial à la FÊTE DES MÈRES qui connaîtra ses moments de gloire inoubliables avec des chansons devenues des vers d’oreille, chantées par un MAXIME MASCARY, une ROSE D’HAÏTI, une GILBERTE LÉO…

Le Père Lussier était assisté par d’excellents Vicaires tels le Père Charles Héon, le Père Bolduc, le père Renaud Bouffard, le père Roger Haley, le Père Hubert Constant et bien d'autres. Ils faisaient tous très bon ménage avec leur Curé. Et cela a grandement concouru à l'essor de cette paroisse.

Après le cyclone Cléo en 1964, il construisit la Cité Union sur un terrain marécageux, de lagon d'eau et de boue, en piteux état, faisant grise mine au milieu de la Ville, après l'avoir acquis des héritiers Him Fougère avec l’aide du Président François Duvalier.

En Décembre 1980, une équipe de jeunes du groupe socio-culturel ÉCLOSION, créé et administré par votre serviteur, organisa une NOËL DES PAUVRES au profit d'indigents qui logeaient à même le sol à l'abattoir communal. Le Père Lussier fut seulement sollicité ce 25 décembre pour le transport de la nourriture et d'autres matériels collectés pour l'occasion. Il n'a pas envoyé son chauffeur, le bon et infatigable Raymond Marcier, juste pour ne pas perturber sa journée de NOËL. Il a lui-même pris le volant de sa jeep Land Rover. Arrivé sur les lieux, ne pouvant pas se retenir, il a fondu en larmes, voyant l'État abject de dénuement, et de misère extrême des gens qui logeaient avec des bœufs destinés à la boucherie. Il a lui-même pris la décision de construire un habitat décent, salubre avec cuisine et toilettes pour ces gens misérables qu'il confia à un Comité de gestion dont faisaient partie entre autres Limone Jeune, Édelle Cassion, Denise Souverain, sous le nom de FOYER SAINT ÉTIENNE.

Heureusement cette œuvre a résisté à toutes sortes d'intempéries et s’est même agrandie pour devenir depuis quelque temps LE DISPENSAIRE SAINT ÉTIENNE, géré, semble-t-il, par une ONG.

En vérité, la liste des réalisations du dynamique, clairvoyant, progressiste, visionnaire… Le Père Roland Lussier aux Cayes ne peut être complétée ici… Et personne ne peut se targuer de pouvoir les énumérer toutes.

Le Père Lussier fut transféré des Cayes au Cap-Haïtien toujours à la paroisse du Sacré-Coeur où il passa encore quelques années au service de l’Église Catholique d'Haïti qu'il aima de toute ses forces, de toute son âme et de tout son cœur. C'est de là qu'il partit pour son pays natal à la retraite.

Ce 30 juillet 2022 ramène donc le triste anniversaire de son départ éternel vers la Maison du Seigneur Dieu.

Il est mort à Miami le 30 Juillet 2004, à l'âge de 84 ans, après 57 ans de vie religieuse. Ce voyage pour un repos bien mérité après avoir si bien rempli sa journée dans l'œuvre épiscopale en Haïti, fut salué avec beaucoup de respect, de gratitude, de regrets et de pleurs par tous ceux qui l'ont connu et aimé filialement.

Par la diligence de Nicole Antoine et de Bertin Dorélus, plusieurs Cayens qui résidaient à Boston ont effectué le vol vers Miami pour lui rendre les hommages et honneurs qui lui sont dûs. La Ville des Cayes fut donc valablement représentée par une délégation forte de plus d'une trentaine de Cayens avisés et invités par deux de nos indéfectibles complices. Merci Nicole. Merci Bertin. La ville des Cayes, votre patelin vous en sera éternellement reconnaissante et ne tarira jamais d'éloges à votre égard.

Nous demandons à tous ceux qui l’ont connu, respecté, apprécié et aussi aimé… d'avoir une très pieuse et affectueuse pensée pour le Révérend Père Roland Lussier, Oblat de Marie Immaculée.

Ce Prêtre vertueux a tout donné pour l’émancipation de notre jeunesse et l'épanouissement de notre Église Catholique, prions Dieu d'accueillir ce Cayen d'adoption en son Paradis Céleste et qu'il accorde le repos éternel à son âme… Quelle belle et digne âme chrétienne.

REQUIESCAT IN PACE !