Skip to main content
Éditorial

HAÏTI DOIT SURVIVRE ET SURVIVRA

30 décembre 2021

En acceptant l’invitation d’écrire l’éditorial coiffant cette dernière livraison de Xaraguamag pour 2021, je n’avais pas encore une opinion bien arrêtée  sur le sujet. Ainsi, j’étais encore en plein dans mes réflexions quand j’ai reçu ce matin sur mon portable deux bandes vidéos qui m’ont considérablement aidé à clarifier les idées que je ruminais dans mon for intérieur : une vidéo de la soirée de la Noël  2021, place Dumas à Jérémie, diffusée via l’internet par  Lesly Bontemps; l’émission hyper réaliste du docteur en théologie et historien Jean Fils-Aimé intitulée « 2021, une année horrible à tous les égards! Quelles leçons pour l'avenir? »

Sans la moindre crainte de verser dans une forme quelconque de régionalisme ou d’utopie,  l’expatrié et nostalgique jérémien que je suis a conclu dès les premières images du clip de Lesly Bontemps que Jérémie est aujourd’hui une ville pétillante d’activité habitée par une jeunesse  résiliente qui mérite qu’on lui fasse confiance. Ses jeunes ont décoré la place comme ne l’ont jamais fait les autorités de mon temps et ils ont créé une ambiance bon enfant qui justifie toutes les formes de l’espoir. À les observer depuis mon exil d’Ottawa, je me suis exclamé, cette viole et ce pays doivent absolument survivre!

 Jérémie s’est manifestement redressée après l’exode des dures années François Duvalier; les tâtonnements et les excès de  l’après-1986; les ouragans et les séismes à répétition des dernières décennies, etc. Comment aurait-on pu imaginer qu’une telle Noël serait possible quelques années seulement après le passage de l’ouragan Matthew, les deux derniers tremblements de terre et les commotions politiques des dernières années? À mon sens, le miracle est en train de s’opérer et rien n’empêchera qu’il s’étende à toute la Grand’Anse, au Grand Sud et à l’ensemble du pays. 

À l’agréable surprise des saines réjouissances de la Noël autour de la fontaine illuminée de Ti-Amélie, les organisateurs ont ajouté quelques minutes d’un concert donné à l’Asile de Marfranc par une chorale locale qui a droit à toute notre admiration… À dire que la Grand’Anse renaît et se fortifie à chaque épreuve !

Dans un autre registre, le Dr Fils-Aimé faisait, en cette matinée du 27 décembre, un survol méthodique des diverses crises que le pays a connues de la fin de 2020 à ce jour et qui montrent que l’impasse d’aujourd’hui était tout à fait prévisible. Elle découle en ligne droite du refus, observé au cours des dernières décennies, de créer un Conseil électoral permanent de tenir des élections législatives et municipales, de combler les vacances survenues aux divers échelons du pouvoir judiciaire, etc. 

Dans le contexte ainsi créé, la caducité de la Chambre des députés et le dysfonctionnement planifié du Sénat et des organismes clés comme la Cour de Cassation, la Cour supérieure des comptes, etc. ont complété la disparition des institutions indispensables au fonctionnement de l’État de droit et préparé le chaos que nous vivons aujourd’hui.  Après avoir géré par décret pendant les six premiers mois de l’année, le président a été assassiné dans son lit au début de l’été, ce qui a plongé le pays dans une crise dont on ne voit pas encore l’issue. La question de la survie de la Nation se pose alors dans un autre contexte, sous un autre éclairage : Haïti survivra-t-elle ? Et dans l’affirmative, comment et à quelles conditions? 

Deux théories s’affrontent sur ce sujet : celle du professeur Ernest Renan qui affirmait, dans  une conférence prononcée  à la Sorbonne en  1882 : «  Les nations ne sont pas quelque chose d’éternel. Elles ont commencé, elles finiront..» De son côté, Abraham Lincoln apportait une précision qui nous tiendra lieu de leçon : « Les nations ne meurent pas d'invasion; elles meurent de pourriture interne. » Autrement dit, s’il y a un danger de disparition, il ne viendra ni de la République Dominicaine, ni des États-Unis, mais de notre mauvaise gestion. Là, le risque est réel, et il faudra un sursaut d’énergie, de patriotisme et beaucoup de détermination pour sauvegarder et fructifier le patrimoine que les Fondateurs nos ont légué et que nous sommes en train de dilapider.

Pendant que les indicateurs courants et prospectifs de l’activité économique et politique incitent à une perte de confiance en l’avenir, on enregistre tant  au pays qu’en diaspora des succès et des réussites qui forcent l’admiration et donnent espoir. 

Sur le plan économique, la diaspora a pris le relais de l’État défaillant pour soutenir à coups de millions de dollars par jour une économie interne anémiée par la corruption, la mauvaise gestion, l’insécurité et l’incompétence des dirigeants. Aussi pervers que puissent être les effets d’une perpétuation de ces paiements de transfert sur les mentalités des bénéficiaires, ils constituent une protection contre les risques d’une grave explosion sociale. En outre, ces sommes contribuent à financer des études de différents niveaux et des activités de formation.

Dans le domaine culturel, Haïti a remporté cette année l’étranger d’éclatants succès qui ne peuvent laisser indifférents. Pensons seulement au Prix RFI Théâtre 2021 décerné à l’auteur de 26 ans Jean d’Amérique pour son Opéra Poussière qui retrace l’histoire de l’héroïne Sanite Belair exécutée à 21 ans en 1802 au Cap-Français avec son mari Charles Belair.  Dans la même veine, la réalisatrice Gessica Généus décrochait deux prix avec son film FRÉDA au Festival International du Film Francophone de Namur en Belgique. Le film avait au préalable été projeté en avant-première au Festival de Cannes 2021.

Durant cette même année 2021, la jeune avocate  Lovely Jean-Louis, du barreau de Port-au-Prince, se qualifiait pour la finale du concours international d’art oratoire organisé par la Conférence Internationale des Barreaux. Première femme du barreau de Port-au-Prince à participer à la finale de ce grand concours, Me Jean-Louis est la preuve vivante que tous les espoirs sont permis et que ce pays ne peut ne pas pouvoir survivre à ses dures épreuves.

Par ailleurs, l’écrivain haïtien Louis-Philippe Dalembert remportait le 21  septembre la 5e édition du « Prix littéraire Patrimoines de la Banque Privée BPE » pour son livre Milwaukee Blues. Il aurait été à deux doigts de décrocher le Goncourt 2021.

 

Indépendamment des considérations qui précèdent, je trouve des motifs d’espoir et des arguments en faveur de ma thèse dans de nombreux domaines, notamment dans l’histoire des relations internationales et dans les ressources intrinsèques du peuple haïtien.  

Premièrement, un État ne se limite pas à un territoire. Il  est constitué d’une communauté d’hommes et de femmes ayant des caractéristiques ethniques, linguistiques et culturelles communes et chez qui les coutumes sociales et les traditions historiques et religieuses ont développé un sentiment d’appartenance à un coin de terre et une volonté politique de vivre ensemble. Dans cette vision du monde, la nation continue d’exister même en dehors d’une entité territoriale quelconque. Ainsi, la nation israélienne a existé  pendant près de deux millénaires, soit jusqu’en 1947, sans avoir son propre territoire. De même, la Pologne a survécu en deux siècles à quatre partages successifs entre la Prusse, l’Autriche, l’Allemagne et la Russie et la nation polonaise a conservé néanmoins son identité. Dans le cas extrême et tout à fait improbable d’atteinte à l’intégrité territoriale d’Haïti, la Nation survivrait et reprendrait un jour ses droits.

 

Eddy Cavé

 

Aidez Xaragua Magazine à rester indépendant

 

Rejoignez cette communauté qui aide les journalistes et collaborateurs de Xaragua Magazine à garder leur liberté de pensée

 

Impliquez-vous en faisant un don

Articles dans cette publication

Publications antérieures

Publication du 30 Avril 2022

Le “ Mois Blanc” à Xaragua Magazine...

Publication du 31 Janvier 2022

L’ESPOIR EST ENCORE PERMIS

Publication du 30 Septembre 2021

Le grand sud face à son destin après le tremblement de terre du 14 août 2021

 

Publication du 31 Aout 2021

Le tremblement de terre du 14 Aout 2021

 

Publication 31 Juillet 2021

l'avenir inquiétant d'Haiti

Publication du 15 Juillet 2021

Le temps qui passe et ses confusions destructrices de l’homme haïtien

Publication du 7 Juillet 2021

La Grand’Anse en éveil

Publication du 30 Juin 2021

La fête des pères nous donne l'occasion de redécouvrir de jolis textes qui évoquent la fonction paternelle, ses joies et ses mérites. Voici quelques…

Publication du 15 Mai 2021

Jacmel et ses traditions

 

Publication 30 Avril 2021

Haiti quoi faire!

Publication du 22 Avril 2021

Les Nippes à l'honneur

Publication du 31 Mars 2021

III. Violence à l’égard des femmes

45. Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes

L’Assemblée générale,

 Considérant qu’il…

Publication du 15 Mars 2021

Femme haïtienne!

 

Publication du 28 Février 2021

Le monde change, sauf les imbéciles qui ne changent pas, dit-on.

 

Publication du 15 Février 2021

Le Carnaval, un sujet presqu’aussi vieux que le temps. Il a pris diverses formes et des sens variés au gré des civilisations et des coutumes des…

Publication du 31 Janvier 2021

2021, une année nouvelle. Une parmi tant d’autres qui se sont succédées. Elle est sans doute une de celles qui suscitent le plus d’attentes car elle…

Publication 15 Janvier 2021

Le temps qui passe

Publication du 30 Decembre 2020

Nous sommes à la fin du mois  de décembre de l’année 2020, une année qui a été par contraste la plus courte pour certains et la plus longue aussi pour…

Publication du 15 Décembre 2020

Le chaos, tout comme le Bing bang, peut être l’occasion de proposer, d’organiser et d’ordonner.

Lorsqu’un groupe d’individus se reconnaît des…

Publication 30 Novembre 2020

Mwa novanm, mwa Vètyè. Yon mwa ki chaje siyifikasyon pou nou pèp Ayisyen, pou tout lòt pèp nwa sou la tè e pou tout pèp alawonnbadè . Nan dat 18…

Publication du 15 Novembre 2020

Situé dans la région occidentale de l'île d'Haïti, et placé au  Sud-Est de la Péninsule de Tiburon, il s'étend entre la rivière des Côtes de Fer  et…

Publication du 31 Octobre 2020

Octobre : un mois mémorable pour les Haïtiens

Beaucoup d’évènements importants de l’histoire d’Haïti ont eu lieu  au mois d’octobre. On ne comprendra…

Publication du 30 Septembre 2020

Dans toutes les sociétés, on se préoccupe du sort de la jeunesse.  Les parents diront qu’à leurs yeux leur progéniture aura toujours besoin de leur…

Publication du 15 Septembre 2020

Jacmel, au fil des ans!

Publication du 31 Août 2020

Xaragua dit non au problème racial et plaide en faveur d’un monde plus équitable.

Publication du 31 juillet 2020

Une nouvelle bougie pour Xaragua Magazine ! Quatre ans déjà ! Il a fallu de longues et intenses réflexions pour trouver la meilleure façon de…

Publication 30 Juin 2020

Le monde se souviendra du mois de Juin de l’année 2020.

Publication 31 Mai 2020

Le mois de Mai dans la tradition Haïtienne

Publication 30 Avril 2020

Au-delà des aspects négatifs de la Covid-19 !

 

Publication 31 Janvier 2020

10 ans plus tard ou en sommes nous?

Publication 31 Décembre 2019

Xaragua, un magazine en constante évolution !

 

Publication 30 Novembre 2019

Xaragua et son plaidoyer en faveur de « l’éducation pour tous »

 

Publication 31 Octobre 2019

Xaragua et son plaidoyer pour une société sans préjugés

Publication 30 Septembre 2019

Xaragua à la recherche de vrais modèles

Publication 31 Août 2019

Xaragua, sa voix, ses engagements et son avenir

 

Publication 15 Août 2019

Tant vaut l’homme, tant vaut la nation

Publication 31 Juillet 2019

Xaragua, Un nouveau départ!