Skip to main content
Éditorial

Publication du 15 Septembre 2020

14 septembre 2020

Jacmel, au fil des ans!

Jacmel vient de fêter le 28 juillet dernier ses 322 ans d’existence dans une ambiance de confinement, de black-out, de misère extrême à hurler de frustrations, de conflits terriens provoqués par les autorités politiciennes en place qui ne pensent qu’à diviser pour régner. Cette fière cité d’Alcius Charmant qui dota la ville de son premier système électrique qui fonctionnait au charbon naturel en 1895 est considérée comme la première ville électrifiée dans les caraïbes. Aujourd’hui, tout citoyen qui se respecte se tourne vers le système électrique solaire vu que l’Electricité d’Etat d’Haïti (EDH) n’est pas à la hauteur des attentes de la population qui croupit dans le noir, quand vient le soir. Cette ville qui avait une bourgeoisie intellectuelle et économique la dota de son lycée communal en 1860, l’époque d’or de l’économie jacmelienne. Ce lycée eut des Français célèbres qui y enseignèrent : Le R.P Lacordaire, le Duc de Choiseul, Debray Aine, l’ami d’enfance de Victor Hugo qui fut le directeur dudit Lycée ; sans compter les grands précepteurs français des grandes familles qui arrivaient tout frais émoulus de la Sorbonne, par laquelle jurait toute une génération d’hommes d’autrefois.

Avant 1860, tous les parents aisés de Jacmel envoyaient leurs fils au Lycée Louis Le Grand à Paris, et toutes les filles au Couvent des Oiseaux. Ces jeunes qui avaient vu du pays, qui avaient roulé leur bosse et carrosses, rapportaient avec eux toute la culture européenne et ont créé des institutions qui nous servent encore : le Lycée Pinchinat ; l’Alliance Française ; le système d’eau potable des Orangers et de Meyer ; les Ecoles Congréganistes des Sœurs de St Joseph de Cluny et des Frères de l’Instruction Chretienne ; la rue du Commerce, …. pour ne citer que celles-là.

Cette phalange d’hommes et de femmes aux rêves colorés et ailés n’avaient en vue qu’une seule vision : conjuguer au présent le verbe SERVIR ! Servir leur communauté dans une servitude volontaire, telle que prônée par Etienne de la Boétie. Voilà pourquoi ils s’imposaient au gouvernement central, à travers le verbe de leurs représentants à la chambre qui s’assuraient que l’autonomie communale de Jacmel serait respectée et incontournable dans son développement. Les noms de ces artisans du progrès émergent avec beaucoup d’émotions dans nos cœurs. Qu’ils furent Ministres Plénipotentiaires ou Préfets, ou Maires, ou simples citoyens jacmeliens, ils avaient ce don de convaincre : Alcius Charmant, Alcibiade Pommayrac, Desilus Lamour, Merisier Jeannis, Michel Oreste, Ultimo Lafontant, Robert Lafontant, Volny Levy, Célie Lamour, Madeleine Perez, Charles Moravia, Hannibal Price III, Seymour Pradel... inspirèrent des générations de jacmeliens authentiques qui sont devenus de grands tribuns de la plume, du journalisme-sacerdoce et de la littérature coup-de-poing au service de l’homme Haïtien . Les Louis Pélissier Baptiste, Maurice Alcibiade Lubin, Professeur Jean Claude, René Depestre, Jean Metellus, Maurice Cadet, Maurice Guilloteau, Abel Gousse, Exina Gilles, Bonnard Posy, Michaelle Craan, Felix Morisseau-Leroy, Michelet Divers…. ont été à bonne école : celle de l’histoire de Jacmel qui nous soutient dans nos moments de difficultés et, nous voulons les donner aujourd’hui en exemple à toute une jeunesse avide de savoir, de savoir-faire, de savoir-être et de savoir-vivre-ensemble. Une jeunesse qui a besoin de se ressourcer aux mamelles de ce que Jacmel fut, de ce qu’elle devrait être. 

Malgré tous les progrès accomplis par nos ancêtres, nous avons failli aujourd’hui au rêve de grandeur et de prospérité pour Jacmel vu que nous vivons dans une ville sans hygiène, sans élite qui donne le ton vu que c’est le règne de la médiocrité et du tape-à- l’œil.

« Degaje pa peche ! Byen Jwe pouw fè lajanw ! kit se nan politik, kit se nan dwog, kit se nan dyab … sak pi enpotan, byen jwe pouw gen kob pou tout moun respektew !’

Cette morale du jour n’est pourtant pas celle que prêchait les générations d’autrefois. Il y avait une façon d’être jacmelien avant d’être haïtien. Nous avions perdu les notions de valeur humaine, de respect de l’autre, des droits et des devoirs de chacun envers son patelin, envers la république. Partout dans le monde, le droit s’écrit D.R.O.I.T chez nous, il s’écrit D.O.I.G.T afin de le triturer, de l’enfoncer partout quand on veut, comme on veut avec cette arrogance primaire, veule et deguelasse. Un toutourienisme de mauvais aloi ! 

Certains citoyens de Jacmel sont partis pour ne plus revenir et ceux qui ont encore un peu de décence y vivent sans pouvoir s’identifier aux gens de leurs temps car pour avoir connu le Jacmel des années 1980 il est vraiment malaisé de se sentir chez soi en 2020.

Quel dommage !

Ce premier numéro de Xaragua Sud-est n’a aucune prétention de faire l’éloge du passé, il veut seulement faire une analyse du temps présent pour inviter les jacmeliens de partout en diaspora à se souvenir de Jacmel et à s’allier aux gens de bien qui y vivent encore pour que cette ville renaisse de ses cendres. Ce sont des vœux pieux d’un jacmelien qui se sent mourir à petit feu dans une ville où il n’y a plus de justice, plus de sécurité, plus d’esprit de service, plus d’esprit jacmelien. Nous souhaitons un heureux destin à ce projet Xaragua Sud-est pour que Jacmel soit mieux pensé aujourd’hui et demain. Que les prochaines joutes électorales donnent raison aux morts illustres de notre belle ville qui, en devenant sénateurs, députés, maires, délégués …. et occupant toutes autres fonctions de l’état n’avaient qu’un seul rêve : élever Jacmel à la dimension d’une ville où il fait bon vivre. Elever le Jacmelien a sa dignité humaine.

Jacmel, sursum Corda !
 

Aidez Xaragua Magazine à rester indépendant

 

Rejoignez cette communauté qui aide les journalistes et collaborateurs de Xaragua Magazine à garder leur liberté de pensée

 

Impliquez-vous en faisant un don

Articles dans cette publication

Publications antérieures

Publication du 30 Avril 2022

Le “ Mois Blanc” à Xaragua Magazine...

Publication du 31 Janvier 2022

L’ESPOIR EST ENCORE PERMIS

HAÏTI DOIT SURVIVRE ET SURVIVRA

En acceptant l’invitation d’écrire l’éditorial coiffant cette dernière livraison de Xaraguamag pour 2021, je n’avais pas encore une opinion bien…

Publication du 30 Septembre 2021

Le grand sud face à son destin après le tremblement de terre du 14 août 2021

 

Publication du 31 Aout 2021

Le tremblement de terre du 14 Aout 2021

 

Publication 31 Juillet 2021

l'avenir inquiétant d'Haiti

Publication du 15 Juillet 2021

Le temps qui passe et ses confusions destructrices de l’homme haïtien

Publication du 7 Juillet 2021

La Grand’Anse en éveil

Publication du 30 Juin 2021

La fête des pères nous donne l'occasion de redécouvrir de jolis textes qui évoquent la fonction paternelle, ses joies et ses mérites. Voici quelques…

Publication du 15 Mai 2021

Jacmel et ses traditions

 

Publication 30 Avril 2021

Haiti quoi faire!

Publication du 22 Avril 2021

Les Nippes à l'honneur

Publication du 31 Mars 2021

III. Violence à l’égard des femmes

45. Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes

L’Assemblée générale,

 Considérant qu’il…

Publication du 15 Mars 2021

Femme haïtienne!

 

Publication du 28 Février 2021

Le monde change, sauf les imbéciles qui ne changent pas, dit-on.

 

Publication du 15 Février 2021

Le Carnaval, un sujet presqu’aussi vieux que le temps. Il a pris diverses formes et des sens variés au gré des civilisations et des coutumes des…

Publication du 31 Janvier 2021

2021, une année nouvelle. Une parmi tant d’autres qui se sont succédées. Elle est sans doute une de celles qui suscitent le plus d’attentes car elle…

Publication 15 Janvier 2021

Le temps qui passe

Publication du 30 Decembre 2020

Nous sommes à la fin du mois  de décembre de l’année 2020, une année qui a été par contraste la plus courte pour certains et la plus longue aussi pour…

Publication du 15 Décembre 2020

Le chaos, tout comme le Bing bang, peut être l’occasion de proposer, d’organiser et d’ordonner.

Lorsqu’un groupe d’individus se reconnaît des…

Publication 30 Novembre 2020

Mwa novanm, mwa Vètyè. Yon mwa ki chaje siyifikasyon pou nou pèp Ayisyen, pou tout lòt pèp nwa sou la tè e pou tout pèp alawonnbadè . Nan dat 18…

Publication du 15 Novembre 2020

Situé dans la région occidentale de l'île d'Haïti, et placé au  Sud-Est de la Péninsule de Tiburon, il s'étend entre la rivière des Côtes de Fer  et…

Publication du 31 Octobre 2020

Octobre : un mois mémorable pour les Haïtiens

Beaucoup d’évènements importants de l’histoire d’Haïti ont eu lieu  au mois d’octobre. On ne comprendra…

Publication du 30 Septembre 2020

Dans toutes les sociétés, on se préoccupe du sort de la jeunesse.  Les parents diront qu’à leurs yeux leur progéniture aura toujours besoin de leur…

Publication du 31 Août 2020

Xaragua dit non au problème racial et plaide en faveur d’un monde plus équitable.

Publication du 31 juillet 2020

Une nouvelle bougie pour Xaragua Magazine ! Quatre ans déjà ! Il a fallu de longues et intenses réflexions pour trouver la meilleure façon de…

Publication 30 Juin 2020

Le monde se souviendra du mois de Juin de l’année 2020.

Publication 31 Mai 2020

Le mois de Mai dans la tradition Haïtienne

Publication 30 Avril 2020

Au-delà des aspects négatifs de la Covid-19 !

 

Publication 31 Janvier 2020

10 ans plus tard ou en sommes nous?

Publication 31 Décembre 2019

Xaragua, un magazine en constante évolution !

 

Publication 30 Novembre 2019

Xaragua et son plaidoyer en faveur de « l’éducation pour tous »

 

Publication 31 Octobre 2019

Xaragua et son plaidoyer pour une société sans préjugés

Publication 30 Septembre 2019

Xaragua à la recherche de vrais modèles

Publication 31 Août 2019

Xaragua, sa voix, ses engagements et son avenir

 

Publication 15 Août 2019

Tant vaut l’homme, tant vaut la nation

Publication 31 Juillet 2019

Xaragua, Un nouveau départ!