Skip to main content
Éditorial

Publication du 30 Septembre 2021

30 septembre 2021

Le grand sud face à son destin après le tremblement de terre du 14 août 2021

 

Le grand Sud, un terme qui retient l’attention dans l’histoire d’Haïti depuis les années 1990. Les projets touristiques, la poésie, les arts, des personnages illustres, des habitations prospères et productrices de richesse, des plages infinies aux couleurs légendaires de carte postale… que n’avons-nous pas ? Pourtant, derrière cette façade d’opulence presque hollywoodienne, reste et demeure une race d’hommes durs, combatifs, guerriers de l’espoir et de faiseurs-d’aube du progrès communautaire ; des femmes stoïques, sveltes et hiératiques drapées dans leur éducation de spartiates au côté de leurs maris, de leurs amants et de leurs enfants pour des familles fortes, unies dans l’amour du terroir et de l’avenir serein d’un pays où il fait bon vivre dans le farniente après le dur labeur. Cette race d’hommes du sud est appelée parfois chauviniste car elle ne cesse pas de vanter les charmes de ses paysages, la beauté de Jacmel, l’insouciance sexy des Cayes, la sérénité des matins de Jérémie et de leurs environs. Les charmes et le calme de Dame-Marie, de Port-Salut, d’Anse du Clerc, des Abricot, de Cap-Rouge, de Cyvadier, … autant de noms qui font rêver et rendent la pensée indolente avec une avidité de prendre des vacances ne sont plus à justifier. 

Le grand Sud a vu naître tant de héros et de familles illustres : Magloire Ambroise (sud-est), Rigaud (sud), Dejoie (sud et sud-est), Marion Aîné… pour ne citer que ceux-là, qui se sont sacrifiés avec dévotion pour rendre leur patelin digne et glorifié.

 

Pourtant, avant le tremblement de terre du 14 août 2021, le grand sud était déjà dans l’impasse de son développement et le marasme économique. Oublié par la république de Port-au-Prince, les communautés du grand sud se battent au soleil du Bon Dieu pour maintenir le cap vers le progrès et la survie quotidienne de ses habitants. Les grandes spéculations d’autrefois de café, tabac, vétiver, maroderme, peaux de bœufs et de caprins, pelure d’orange, cacao… qui rendaient prospères nos communautés ne sont plus cultivées pour l’exportation étrangère qui apportait au pays devises et un marché permettant de garder une certaine autonomie communale. Les grandes métropoles du Sud : Cayes, Jacmel, Jérémie ne vivent plus qu’à l’ombre de leurs noms « Magnus nomini umbra ! » disaient les romains, peuples sévères comme ceux du sud dans le maintien de leur patrimoine et de leur dignité communautaire, malgré leurs déboires. Des déboires, le grand Sud en a connu de si grands et de si dévastateurs tels que les incendies et les vêpres jérémiennes … qui nous introduisent dans le caractère tenace de ces natifs de continuer à se battre envers et contre tout. Que ce soient les forces de la nature liguées contre le grand sud : cyclones, ouragans, inondations ; que ce soient les dictatures féroces, les hommes et les femmes du grand sud restent et demeurent des exemples vivants de la vivacité de la vie quand on a connu des jours meilleurs. 

Le tremblement de terre du 14 Août 2021, malgré toutes ses dévastations vient de nous enseigner à tous que la lutte n’est pas finie. Elle doit d’abord se concentrer dans la façon d’aider les habitants à survivre la crise, dans un moment crucial de notre histoire prise en otage par des gangs de Martissant qui empêchent l’approvisionnement du grand Sud ; à mieux comprendre les politiques publiques des gouvernants qui ne semblent pas vraiment se soucier de la misère des paysans, des provinciaux et des fils de l’arrière-pays  et, à mieux voter nos représentants au parlement pour qu’a l’avenir nous soyons moins entourés de gens qui s’enrichissent à nos dépens et oublient qui les a mis au pouvoir. 

 

Ce séisme dévastateur nous a aussi appris que nous devons changer l’école haïtienne et lui donner la direction moderne du numérique de toute urgence. La jeunesse haïtienne actuelle, avide de savoir mais tellement dépouillée de savoir-être, de savoir-vivre de savoir-vivre-ensemble, - en tant que génération post-1991 et 2004 qui n’a vécu que dans la violence, la misère humaine et les privations de toutes sortes-, a besoin que l’on lui rende justice et lui donner sa chance pour mieux apprendre dans un monde en transe de changement perpétuel quotidien numériquement. Elle a besoin de se sentir valorisée dans son apprentissage scolaire, universitaire et se sentir sécurisée à rester chez elle pour travailler dans un coude-à-coude fraternel avec les aînés qui croient encore en son avenir, vu que le peuple haïtien conjugue actuellement le verbe « désespérer » avec pompe. Tout le monde croit qu’il n’y a plus d’espoir pour le pays. La situation chaotique qui prévaut à Port-au-Prince est si décourageante que l’on ne croit pas que cela va cesser mais comme disent les latins « Sic transit gloria mundi ! » ainsi passera la gloire du monde. Oui, cela aussi passera ! Mais pour l'instant, les populations du grand sud ont besoin d’aide de toutes sortes pour manger, pour boire, pour dormir… juste des besoins de base. Qui va les aider ? Qui va aider nos enfants à reprendre le chemin de l’école après l’effondrement de la grande majorité des établissements scolaires ? Le gouvernement actuel a-t-il la bonne foi de s’occuper de tels problèmes avec la situation chaotique de la république de Port-au-Prince ?

En tant que contribuables de l'État, nous souhaitons que le gouvernement puisse entendre le cri des sinistrés du grand sud et prenne ses responsabilités pour les aider à sortir des affres de la misère actuelle qui sévit dans nos départements.

 

Aidez Xaragua Magazine à rester indépendant

 

Rejoignez cette communauté qui aide les journalistes et collaborateurs de Xaragua Magazine à garder leur liberté de pensée

 

Impliquez-vous en faisant un don

Articles dans cette publication

Publications antérieures

Publication du 30 Avril 2022

Le “ Mois Blanc” à Xaragua Magazine...

Publication du 31 Janvier 2022

L’ESPOIR EST ENCORE PERMIS

HAÏTI DOIT SURVIVRE ET SURVIVRA

En acceptant l’invitation d’écrire l’éditorial coiffant cette dernière livraison de Xaraguamag pour 2021, je n’avais pas encore une opinion bien…

Publication du 31 Aout 2021

Le tremblement de terre du 14 Aout 2021

 

Publication 31 Juillet 2021

l'avenir inquiétant d'Haiti

Publication du 15 Juillet 2021

Le temps qui passe et ses confusions destructrices de l’homme haïtien

Publication du 7 Juillet 2021

La Grand’Anse en éveil

Publication du 30 Juin 2021

La fête des pères nous donne l'occasion de redécouvrir de jolis textes qui évoquent la fonction paternelle, ses joies et ses mérites. Voici quelques…

Publication du 15 Mai 2021

Jacmel et ses traditions

 

Publication 30 Avril 2021

Haiti quoi faire!

Publication du 22 Avril 2021

Les Nippes à l'honneur

Publication du 31 Mars 2021

III. Violence à l’égard des femmes

45. Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes

L’Assemblée générale,

 Considérant qu’il…

Publication du 15 Mars 2021

Femme haïtienne!

 

Publication du 28 Février 2021

Le monde change, sauf les imbéciles qui ne changent pas, dit-on.

 

Publication du 15 Février 2021

Le Carnaval, un sujet presqu’aussi vieux que le temps. Il a pris diverses formes et des sens variés au gré des civilisations et des coutumes des…

Publication du 31 Janvier 2021

2021, une année nouvelle. Une parmi tant d’autres qui se sont succédées. Elle est sans doute une de celles qui suscitent le plus d’attentes car elle…

Publication 15 Janvier 2021

Le temps qui passe

Publication du 30 Decembre 2020

Nous sommes à la fin du mois  de décembre de l’année 2020, une année qui a été par contraste la plus courte pour certains et la plus longue aussi pour…

Publication du 15 Décembre 2020

Le chaos, tout comme le Bing bang, peut être l’occasion de proposer, d’organiser et d’ordonner.

Lorsqu’un groupe d’individus se reconnaît des…

Publication 30 Novembre 2020

Mwa novanm, mwa Vètyè. Yon mwa ki chaje siyifikasyon pou nou pèp Ayisyen, pou tout lòt pèp nwa sou la tè e pou tout pèp alawonnbadè . Nan dat 18…

Publication du 15 Novembre 2020

Situé dans la région occidentale de l'île d'Haïti, et placé au  Sud-Est de la Péninsule de Tiburon, il s'étend entre la rivière des Côtes de Fer  et…

Publication du 31 Octobre 2020

Octobre : un mois mémorable pour les Haïtiens

Beaucoup d’évènements importants de l’histoire d’Haïti ont eu lieu  au mois d’octobre. On ne comprendra…

Publication du 30 Septembre 2020

Dans toutes les sociétés, on se préoccupe du sort de la jeunesse.  Les parents diront qu’à leurs yeux leur progéniture aura toujours besoin de leur…

Publication du 15 Septembre 2020

Jacmel, au fil des ans!

Publication du 31 Août 2020

Xaragua dit non au problème racial et plaide en faveur d’un monde plus équitable.

Publication du 31 juillet 2020

Une nouvelle bougie pour Xaragua Magazine ! Quatre ans déjà ! Il a fallu de longues et intenses réflexions pour trouver la meilleure façon de…

Publication 30 Juin 2020

Le monde se souviendra du mois de Juin de l’année 2020.

Publication 31 Mai 2020

Le mois de Mai dans la tradition Haïtienne

Publication 30 Avril 2020

Au-delà des aspects négatifs de la Covid-19 !

 

Publication 31 Janvier 2020

10 ans plus tard ou en sommes nous?

Publication 31 Décembre 2019

Xaragua, un magazine en constante évolution !

 

Publication 30 Novembre 2019

Xaragua et son plaidoyer en faveur de « l’éducation pour tous »

 

Publication 31 Octobre 2019

Xaragua et son plaidoyer pour une société sans préjugés

Publication 30 Septembre 2019

Xaragua à la recherche de vrais modèles

Publication 31 Août 2019

Xaragua, sa voix, ses engagements et son avenir

 

Publication 15 Août 2019

Tant vaut l’homme, tant vaut la nation

Publication 31 Juillet 2019

Xaragua, Un nouveau départ!